#45-L’instrument ne fait pas le clinicien…

Protaper, Skytaper, Reciproc, WaveOne, OneCure, XP Shaper…. Il y a à ce jour plus de 15 systèmes disponibles sur le marché français.

Avez-vous remarqué qu’en écoutant les commerciaux, on vous présente toujours le système qui vous don,era les meilleurs résultats ?

Posez la question sur un réseau social pour vous faire conseiller sur le choix d’un système de mise en forme canalaire, et vous verrez à quels points chacun va défendre le sien.

Deux techniques, un résultat.

Regardons ces deux cas cliniques traités par mes soins.

Le premier a été traité il y  a 11 ans, avec le système Protaper, et une obturation en gutta chaude.

Le second cas a été traité il y a 18 mois, avec le système XP Shaper et une obturation avec une biocéramique, le BioRootRCS.

Deux systèmes de mise en forme, deux techniques d’obturation, et un même résultat. Un succès clinique ! Une belle démonstration que l’instrument lui-même y est finalement pour peu de chose.

En endodontie, le problème d’origine microbiologique se gère par la biologie. Les instruments permettent d’atteindre les objectifs, mais indirectement. L’instrument de désinfecte pas. Seule la solution d’irrigation a cette aptitude (pour le moment).

Les instruments sont utilisés pour élargir le canal afin de faire de la place et permettre la progression de l’aiguille d’irrigation en direction apicale.

Tant que nous n’aurons pas trouvé un autre moyen de désinfecter le canal, nous serons contraint d’avoir, en partie, un raisonnement mécanique. Conicité, élargissement du canal, tout cela a toujours le même objectif. Faire pénétrer la solution d’irrigation.

Vers une approche plus conservatrice

Depuis quelques années, les évolutions investiguées sont faites dans le but d’améliorer l’effet désinfectant de la solution en minimisant l’élargissement du canal. Partant du principe que les procédures de mise en forme fragilisent la structure dentaire, les systèmes sont dorénavant développés dans un souci de préservation tissulaire.

Ces concepts produisent donc des préparations plus fines, moins coniques, … ce qui va complètement à l’encontre des principes mécaniques que nous avions connus jusque-là.

Si l’on revient sur les deux cas présentés tout à l’heure, dans le premier cas, le canal préparé a un dimètre apical de 25/100 et une conicité de 7 ou 8%. Dans le second cas, le diamètre apical est de 30/100 mais la conicité uniquement de 4%.

On note très bien sur les radiographies post opératoires la différence de profil et on comrpend que la seconde est plus préservatrice de tissu que la première. Pourtant, les deux canaux ont été bien désinfectés, preuve en est la cicatrisation des lésions.

Dans le second cas, un instrument complémentaire, le XP Finisher, a été utilisé pour activer la solution au sein du canal, de façon mécanique. Sans cette activation, l’irrigation passive n’aurait probablement pas suffit.

Des approches mécaniques mais des objectifs biologiques.

L’endodontie n’est pas un seul problème mécanique de mise en forme. Que la conicité obtenue soit de 4, 5 ou 6%, le problème n’est plus là.

La pathologie endodontique est microbienne avec des répercussions biologiques extra radiculaire. Nos thérapeutiques sont donc indirectes. En traitent le problème micro biologique, on ne fait que remettre la dent dans un contexte favorable pour réorienter la biologie osseuse vers la cicatrisation. A partir de là, on comprend qu’il n’y a pas de bon ou de mauvais instruments.

Il y en a qui sont peut être plus simples que d’autres à utiliser pour obtenir un résultat attendu. Mais ce qui est simple pour certains praticiens, ne l’est pas forcément pour d’autres.

En conclusion

En conclusion rappelons-nous que les instruments ne sont qu’un des maillons d’une longue chaine de la thérapeutique endodontique. L’essentiel reste dans nos mains de cliniciens, et quelque part, c’est probablement ce qu’il y a de plus excitant.

L’essentiel est quelque part par là mais la question mérite largement d’être étoffée et débattue.

#Les Réponses d’Experts

Lire la vidéo
DÉCOUVREZ NOS FORMATIONS >>

Nos formations en endodontie e-learning sont 100% prises en charge par le DPC

ENDO-ACADÉMIE

Nos autres réponses d’expert

7 mai 2024

Réponse d'expert 97

#97 : 4 astuces pour mieux utiliser un localisateur d’apex

Vous utilisez un localisateur d’apex, et vous avez l’impression que parfois il n’est pas fiable ? Votre localisateur vous donne parfois des mesures qui vous semblent bizarres, et vous ne comprenez pas pourquoi ? Vous commencez à douter de votre appareil et regrettez de ne pas avoir acheté la Rolls des localisateurs, pensant qu’il est plus performant ? Sachez qu’avec quatre règles simples vous allez optimiser vos résultats et que finalement, votre appareil va très bien !

2 avril 2024

Réponse d'expert 96 : La fracture instrumentale est-elle une catastrophe ?

#96 : La fracture instrumentale est-elle une catastrophe ?

Le bris instrumental est l’un des événements le plus redouté et le plus stressant pour un dentiste au cours d’un traitement endodontique. Il n’arrive pas si souvent que ça, néanmoins ce type d’incident est très largement étudié, et on en parle beaucoup au sein de la communauté des dentistes. Mais est-ce vraiment si grave que cela, de casser un instrument ? Une dent présentant un fragment instrumental est-elle forcément à extraire ?

5 février 2024

#95 : Faut il préférer le traitement en une ou deux séances ?

S’il y a bien un sujet qui a divisé et qui continue de le faire en endodontie, c’est bien celui du nombre de séances recommandées pour réaliser un traitement canalaire. Faut-il utiliser une médication intra canalaire et différer l’obturation ? Est ce que le pronostic est vraiment amélioré si l’on fait le traitement en deux temps ?
Découvrez nos formations
Participez à notre webinaire avec le Dr Stéphane Simon pour découvrir notre catalogue de formations et nos formats pédagogiques
📅 WEBINAIRE 30 mai, 13h
Participez à notre webinaire de présentation avec le Dr Stéphane Simon
📅 WEBINAIRE 18 mars, 19h30
Découvrez nos formations