#70 – Jusqu’où aller dans le protocole de désinfection en endodontie ?

Que la pathologie endodontique soit d’origine infectieuse… je crois qu’il n’y a plus grand-chose à dire à ce sujet.

Que la désinfection soit une étape primordiale, une étape clé nécessaire pour un traitement endodontique, qu’il soit canalaire ou pas d’ailleurs, est une évidence aujourd’hui.

Mais jusqu’où doit-on aller dans la complexité, la sophistication des procédures de désinfection en endodontie ? C’est ce que je vous propose d’aborder cette semaine pour la nouvelle réponse d’expert d’Endo Académie.

La clé d’un traitement endodontique efficace

💬 En 1965, Kakehashi démontrait de façon élégante l’implication des micro-organismes dans le développement des pathologies apicales d’origine endodontique. En résumé, il a montré qu’en exposant des pulpes dans la cavité buccale de rats stériles, c’est à dire sans aucun contact avec des micro-organismes, et bien non seulement la pulpe ne se nécrosait pas, mais au contraire elle se mettait à proliférer comme dans un processus de cicatrisation.

En revanche la même intervention sur des rats normaux, induisait la nécrose de la pulpe et l’apparition de lésions osseuses inflammatoires. Le contrôle de l’infection est donc la clé de tout traitement endodontique canalaire ou non. Et c’est pour cela qu’après les progrès faits sur l’instrumentation, puis les évolutions sur les techniques et les matériaux d’obturation, on a l’impression que toute la recherche (ou au moins la communication) des industriels s’orientent vers le contrôle de la désinfection.

On l’aura compris pour le moment, la solution d’hypochlorite de sodium reste la référence. Référence indiscutable même si la solution présente un ou plusieurs inconvénients. Reste la partie de l’activation, de l’agitation de la solution dans le canal.

Un embout qui optimise une phase de désinfection fastidieuse

🦷 Après l’activation ultrasonore ou mécanique avec des embouts dédiés, la société suisse Produits Dentaires propose actuellement un embout intéressant qui s’appelle l’Irriflex®. Il s’agit d’un embout en plastique qui présente une conicité de 4% avec deux ouvertures latérales dans sa partie apicale qui permet d’activer et de secouer la solution dans le canal préparé tout en assurant en permanence le renouvellement avec de la solution fraîche pendant toute la phase d’irrigation.

Ces embouts se fixent sur des seringues d’irrigation conventionnelle, et sont une aide réelle pour optimiser cette phase de désinfection que l’on doit reconnaître qui est un petit peu fastidieuse. Cet Irriflex® est proposé dorénavant par d’autres fournisseurs dit “marque blanche” sous des noms divers : Dentsply Sirona, FKG ou encore Komet les proposent dorénavant dans leurs kits de formation, ou à la vente.

Il y a bien d’autres moyens d’activation. On a parlé par exemple dans la réponse d’expert N°62 de l’intérêt du laser pour nettoyer le canal avant de le désinfecter. Est-ce que tout cela a un intérêt pour l’optimisation de la désinfection intra-canalaire ? Honnêtement bien malin est celui qui serait capable de le prouver, de le démontrer scientifiquement. Mais pour autant, cela a du sens.

Une étude qui tend à prouver l’influence de la contamination de l’environnement opératoire

Si je reviens sur cette notion de désinfection c’est parce que récemment, un article est revenu sur le sujet. Une équipe de King’s College s’est intéressée non pas aux méthodes de désinfection intra-canalaire, mais sur l’influence de la contamination du champ opératoire et des meubles autour du praticien, sur le contrôle de l’infection pendant un traitement.
En résumé dans cette expérimentation, ils ont créé deux groupes de patients :

  • 👉 Dans un premier groupe, ils ont réalisé le traitement canalaire de façon tout à fait conventionnelle en un temps et avec les procédures habituelles.
  • 👉 Dans le second groupe de patients, avant de procéder à l’obturation canalaire, ils ont tout changé : La digue, les instruments, les gants du praticien, les champs opératoires jetables du plateau technique, etc etc … Ils ont ensuite procédé à des prélèvements bactériens au sein du canal dans les deux groupes juste avant l’obturation.

Alors je vous la fais courte, vous pourrez lire l’article s’il vous intéresse…

Le nombre de bactéries persistant dans le canal dans le second groupe était significativement beaucoup plus faible que dans le premier. Mais plus important, le taux de succès évalué avec des CBCT est amélioré de 19% dans le groupe 2. Cette différence étant statistiquement significative.

Entre éco-responsabilité des EPI et taux de réussite ♻️

Alors en conclusion si l’on veut travailler proprement, il faut tout changer le consommable et les EPI avant l’obturation. Reconnaissez que ça ne va pas être quand même très pratique.

Alors que la pression de l’éco-responsabilité aurait plutôt tendance à nous inciter à être économe sur les EPI, si l’on suit les recommandations des auteurs, et bien nous allons plutôt entrer dans une phase que j’appellerai régressive. Pour être franc, je ne sais pas encore si je vais appliquer cette nouvelle directive…, ça n’en finira jamais.

À très bientôt !

#Les Réponses d’Experts

Lire la vidéo
DÉCOUVREZ NOS FORMATIONS >>

Nos formations en endodontie e-learning sont 100% prises en charge par le DPC

< Précédent

EP 79 – DR ALI SALEHI, DENTISTE ET ÉTUDIANT NEW YORKAIS

Suivant >

EP 80 – DR PAULINE PAGBE, PARODONTISTE ET ENTREPRENEUSE

ENDO-ACADÉMIE

Nos autres réponses d’expert

4 juin 2024

Réponse d'expert 98

#98 : Faut-il prémédiquer nos patients pour améliorer nos anesthésies ?

Est-ce que vous aussi, vous avez des échecs avec vos tronculaires ? Ces échecs sont ils uniquement liés à des erreurs techniques d’injection ? N’y-a-t-il pas d’autres facteurs qui limitent l’efficacité d’une injection à l’épine de Spix ? Malgré tout, cette injection reste la technique de choix pour réaliser les traitements sur les molaires et prémolaire mandibulaires, notamment grâce à sa durée d’installation Qu’en est il de le prémédication médicamenteuse avant le soin pour optimiser l’efficacité de la technique ?

7 mai 2024

Réponse d'expert 97

#97 : 4 astuces pour mieux utiliser un localisateur d’apex

Vous utilisez un localisateur d’apex, et vous avez l’impression que parfois il n’est pas fiable ? Votre localisateur vous donne parfois des mesures qui vous semblent bizarres, et vous ne comprenez pas pourquoi ? Vous commencez à douter de votre appareil et regrettez de ne pas avoir acheté la Rolls des localisateurs, pensant qu’il est plus performant ? Sachez qu’avec quatre règles simples vous allez optimiser vos résultats et que finalement, votre appareil va très bien !

2 avril 2024

Réponse d'expert 96 : La fracture instrumentale est-elle une catastrophe ?

#96 : La fracture instrumentale est-elle une catastrophe ?

Le bris instrumental est l’un des événements le plus redouté et le plus stressant pour un dentiste au cours d’un traitement endodontique. Il n’arrive pas si souvent que ça, néanmoins ce type d’incident est très largement étudié, et on en parle beaucoup au sein de la communauté des dentistes. Mais est-ce vraiment si grave que cela, de casser un instrument ? Une dent présentant un fragment instrumental est-elle forcément à extraire ?
Découvrez nos formations
Participez à notre webinaire avec le Dr Stéphane Simon pour découvrir notre catalogue de formations et nos formats pédagogiques
📅 WEBINAIRE 30 mai, 13h
Participez à notre webinaire de présentation avec le Dr Stéphane Simon
📅 WEBINAIRE 18 mars, 19h30
Découvrez nos formations