#89 – Le MTA colore les dents… Fake ou réalité ?

Le MTA a été mis sur le marché à la fin des années 1990.
De matériau d’obturation apicale, il est devenu le produit miracle pour tout un tas de traitements.
Pourtant, une sale réputation le poursuit, celle de créer une coloration noire, par transparence, des dents traitées.

Réalité ou intoxication ? ?

C’est cette question que je vous propose d’aborder pour cette nouvelle réponse d’expert d’Endo Académie.

La composition du MTA

Avant d’aborder la question, revenons quelques secondes sur la définition stricte de ce qu’est un MTA. MTA est l’acronyme de Mineral Trioxyde Aggregate. On se demande d’ailleurs d’où vient cet acronyme, car la composition de ce produit n’a rien à voir avec avec un mix de trois oxydes.

Si vous avez suivi l’histoire de ce matériau “magique”, il a souvent été comparé à du ciment de Portland. Le fameux ciment de construction du BTP. La plupart des études comparatives retrouvent des propriétés et des composants communs aux deux produits. La bonne blague !! Car le MTA n’est rien d’autre que du ciment de Portland, à une différence près. Le ciment de Portland est “radio-transparent”. Ou plutôt, il aune radio-opacité qui est quasiment la même que celle de la dentine.

L’inconvénient majeur est donc que lorsque l’on pose du ciment de Portland sur la dent, et bien il nous est impossible de dissocier le matériau de la structure biologique. Pour rendre ce matériau Radio-opaque, et bien c’est tout simple… il suffit de lui rajouter un radio-opacifiant. Et c’est là que l’on s’approche du sujet du jour.

Le responsable : Le radio opacifiant

Le premier MTA a été commercialisé par la société Dentsply, sous le nom de Pro-Root MTA.
Pour cette forme commerciale, le ciment de Portland a été enrichi avec de l’Oxyde de Bismuth. Très radio opaque, il en faut finalement peu dans la composition pour que le produit s’identifie parfaitement à la radiographie.

Comme je l’ai dit un peu plus haut, le matériau a initialement été développé en tant que matériau d’obturation a retro.
Les autres indications (coiffage pulpaire, traitement de perforation, apexification) ne sont apparues que plus tard.
Poussée par le fort pouvoir d’étanchéité de ce produit, l’idée de le placer au contact de la pulpe est très rapidement apparue.

Il n’a fallu que quelques mois de suivi pour se rendre compte que la mise en place de ce matériau induisait des colorations très disgracieuses sur les dents traitées.
À l’époque, le matériau était de couleur grise, et l’industriel a été mis sous pression pour sortir une version blanche du matériau, sous le prétexte que la couleur grise initiale était responsable des désordres esthétiques induits.

Malheureusement, le problème a persisté avec la version blanche du MTA.

Retour à la case départ.

Après plusieurs investigations, il est apparu que la coloration noirâtre observée n’était pas liée à la présence de sang dans le matériau, mais plutôt à la présence d’oxyde de bismuth dans le mélange.
La migration des particules de radio opacifiant dans les tubuli dentinaires crée ces dis colorations qui sont irréversibles.

Le temps passant, le brevet du produit est tombé, et de nombreuses versions alternatives ont été proposées par des concurrents.
Alors que certains ont continué à inclure de l’oxyde de bismuth dans le matériau, d’autres se sont orientés vers d’autres radio opacifiants capables de rendre le matériau raido-opaque tout en évitant les inconvénients de dyscoloration.
C’est ainsi que dans les nouvelles versions du MTA, on retrouve en général soit de l’oxyde de Zirconium, soit du tantale.

Adieu l’oxyde de Bismuth

L’oxyde de zirconium est moins radio opaque que le tantale, mais plus économique. C’est pour cela que c’est le plus utilisé. Néanmoins, pour rendre le matériau le plus radio opaque possible, il est nécessaire d’augmenter la proportion de radio-opacifiant, au détriment de la présence de matériau actif dans la composition. Dans les extrêmes sur ce sujet, on retrouvera sur le marché un matériau d’obturation canalaire dont la composition en oxyde de zirconium est de plus de 82% – ce qui laisse très peu de matériau actif dans la composition. l’obturation est radio-opaque, pour le coup, devient une évidence. Mais est ce que l’on n’attend pas aussi autre chose d’une obturation canalaire ?

D’autres fournisseurs ont préféré optimiser la composition du matériau en conservant une majorité de produit actif, et en utilisant un radio opacifiant plus radio opaque par nature.
C’est le cas par exemple du Neo Selaer, sous toutes ses formes, dont le fabricant, la société Avalon, a choisi le Tantale comme radio opacifiant. Un bon compromis entre la radio opacité, et la conservation de la bio activité du produit.

Et la très bonne nouvelle est que ces produits ne sont absolument pas dyschromiants. Quelle que soit leur concentration dans les produits, ils n’induisent aucune dyscoloration, ni coloration noirâtre de la dent traitée.

Pour répondre à la question posée initialement, et bien seuls les MTA ayant de l’oxyde de Bismuth dans leur composition doivent être évités pour éviter les colorations disgracieuses.

Les produits disponibles

Il y a à ce jour sur le marché, suffisamment de produits disponibles pour éviter d’utiliser ceux qui contiennent de l’oxyde de Bismuth.
Donc oui, nous pouvons utiliser du Mineral Trioxyde Aggregate pour réaliser un coiffage pulpaire sur les dents antérieures, sans risque de voir apparaître des taches noires par transparence.

Il suffit de bien vérifier la composition des produits utilisés afin de vérifier la nature du radio-opacifiant contenu dans le produit.

L’apparition plus récente des fameuses biocéramiques qui ont également été rendues radio opaque par l’adjonction de radio opacifiant tels que l’oxyde de Zirconium, a laissé planer la croyance que seules les biocéramiques synthétiques pouvaient être utilisées pour le coiffage pulpaire.

En fait, il n’en est rien. Les MTA et autres ciments hydrauliques peuvent être utilisés sans risques, à condition, encore une fois, de s’affranchir de la présence d’oxyde de bismuth dans la composition du produit.

En conclusion, nous pouvons faire nos coiffages avec du MTA ou des biocéramiques non MTA sans risque, à condition de bien choisir son produit et d’en connaître sa composition.

A très bientôt

#Les Réponses d’Experts

Lire la vidéo
DÉCOUVREZ NOS FORMATIONS >>

Nos formations en endodontie e-learning sont 100% prises en charge par le DPC

ENDO-ACADÉMIE

Nos autres réponses d’expert

4 juin 2024

Réponse d'expert 98

#98 : Faut-il prémédiquer nos patients pour améliorer nos anesthésies ?

Est-ce que vous aussi, vous avez des échecs avec vos tronculaires ? Ces échecs sont ils uniquement liés à des erreurs techniques d’injection ? N’y-a-t-il pas d’autres facteurs qui limitent l’efficacité d’une injection à l’épine de Spix ? Malgré tout, cette injection reste la technique de choix pour réaliser les traitements sur les molaires et prémolaire mandibulaires, notamment grâce à sa durée d’installation Qu’en est il de le prémédication médicamenteuse avant le soin pour optimiser l’efficacité de la technique ?

7 mai 2024

Réponse d'expert 97

#97 : 4 astuces pour mieux utiliser un localisateur d’apex

Vous utilisez un localisateur d’apex, et vous avez l’impression que parfois il n’est pas fiable ? Votre localisateur vous donne parfois des mesures qui vous semblent bizarres, et vous ne comprenez pas pourquoi ? Vous commencez à douter de votre appareil et regrettez de ne pas avoir acheté la Rolls des localisateurs, pensant qu’il est plus performant ? Sachez qu’avec quatre règles simples vous allez optimiser vos résultats et que finalement, votre appareil va très bien !

2 avril 2024

Réponse d'expert 96 : La fracture instrumentale est-elle une catastrophe ?

#96 : La fracture instrumentale est-elle une catastrophe ?

Le bris instrumental est l’un des événements le plus redouté et le plus stressant pour un dentiste au cours d’un traitement endodontique. Il n’arrive pas si souvent que ça, néanmoins ce type d’incident est très largement étudié, et on en parle beaucoup au sein de la communauté des dentistes. Mais est-ce vraiment si grave que cela, de casser un instrument ? Une dent présentant un fragment instrumental est-elle forcément à extraire ?
Découvrez nos formations
Participez à notre webinaire avec le Dr Stéphane Simon pour découvrir notre catalogue de formations et nos formats pédagogiques
📅 WEBINAIRE 30 mai, 13h
Participez à notre webinaire de présentation avec le Dr Stéphane Simon
📅 WEBINAIRE 18 mars, 19h30
Découvrez nos formations