#33 – Une astuce pour faciliter la manipulation de la Biodentine

La Biodentine est un ciment hydraulique de la grande famille des Biocéramiques. Même si les chimistes et puristes du matériau ne sont pas enthousiastes pour qualifier cette famille de céramique.

Composé de Silicate tricalcique et de Carbonate de Calcium pour optimiser ses propriétés mécaniques, la poudre de la Biodentine est mélangée avec un liquide essentiellement composé d’eau supplémentée en Chlorure de calcium pour accélérer la prise. Cinq gouttes de ce liquide sont ajoutées à la poudre contenue dans une capsule prédosée, et l’ensemble est trituré avec un vibreur à amalgame pendant 30 secondes.

Le ratio Poudre/Liquide est important d’après le fabriquant car il garantit le maintien des propriétés mécaniques du matériau final.

Pourtant combien d’entre nous ont constaté qu’à la sortie du vibreur, la consistance du matériau était inégale en fonction des utilisations ? Souvent trop poudreux, friable. Pas assez mou pour être utilisé convenablement.

La raison ? Très difficile à dire. Cela peut s’agir de la taille des gouttes. Ou encore du temps de trituration. Peut-être d’une mauvaise aération de la poudre avant de faire le mélange ? Au final, on ne sait pas bien.

Une vidéo sur internet propose de rajouter du liquide et de relancer une trituration. Je ne sais pas pourquoi… mais ça ne me plait pas beaucoup. Si tel est le cas, pourquoi alors ne pas mettre 6 gouttes dès le départ… Si vraiment le ration Poudre Liquide peut varier ainsi.

Alors comment faire pour manipuler ce matériau assez capricieux ?

Ramollir la Biodentine pour la manipuler

En chimie, il existe plusieurs types de liaisons. Celles que l’on connaît le plus sont les liaisons covalentes, celles qui vont se créer au sein du matériau pour assurer sa rigidité.

Mais il y a aussi les forces électrostatiques dites de Van Der Walls. Celles que l’on apprenait au collège en se demandant à quoi cela nous servirait un jour. Et bien le jour est venu…

Ces forces dites faibles sont responsables de la consistance du matériau pendant sa phase de manipulation. De nature électro-statique, ces forces sont très faciles à rompre, et se recréent très facilement.

Pour les rompre, il suffit d’agiter le matériau. Par exemple dans les matériaux thixotropes qui se ramollissent quand on les spatule, et bien ce sont ces forces que l’on rompt et qui se recréent très vite.

Au sein de la Biodentine, ces forces de Van Der Walls sont très nombreuses. Et plus elles sont nombreuses, plus le matériau est rigide et difficile à manipuler.

Pour ramollir le matériau, il suffit de rompre ces forces. Et c’est très simple ; il suffit par exemple en agitant le matériau avec une spatule à bouche utilisée sur le champ. Les forces se rompent le temps de l’agitation puis se recréent quasiment immédiatement.

Agiter le matériau avec les ultra-sons

Mais l’astuce que je souhaitais partager avec vous fait appel aux ultra sons. Les utilisateurs du MTA ont l’habitude de faire vibrer la dent pour liquéfier le matériau et faciliter son étalage sur la surface dentaire.

Pour la Biodentine, l’astuce consiste à « activer » le matériau en son sein avec un insert ultra sonore type détartrage, sans irrigation. L’objectif n’est pas de rajouter de l’eau, mais juste de rompre les liaisons électrostatiques.

Par l’énergie apportée avec les ultra sons, le matériau s’assouplit et devient facile à manipuler ou à condenser.

Dès que l’insert est retiré, les forces électrostatiques se remettent en place et le matériau reprend sa consistance initiale.

C’est une technique simple à mettre en œuvre, qui ne modifie en rien le matériau ni ses propriétés et pourtant qui nous facilite bien la vie au quotidien. Essayez là, et vous verrez que c’est facile et utile !

L’essentiel est là, mais l’utilisation de la Biodentine mérite plus qu’une simple réponse d’expert.

A très bientôt.

#Les Réponses d’Experts

Lire la vidéo
DÉCOUVREZ NOS FORMATIONS >>

Nos formations en endodontie e-learning sont 100% prises en charge par le DPC

< Précédent

EP 79 – DR ALI SALEHI, DENTISTE ET ÉTUDIANT NEW YORKAIS

Suivant >

EP 80 – DR PAULINE PAGBE, PARODONTISTE ET ENTREPRENEUSE

ENDO-ACADÉMIE

Nos autres réponses d’expert

2 avril 2024

Réponse d'expert 96 : La fracture instrumentale est-elle une catastrophe ?

#96 : La fracture instrumentale est-elle une catastrophe ?

Le bris instrumental est l’un des événements le plus redouté et le plus stressant pour un dentiste au cours d’un traitement endodontique. Il n’arrive pas si souvent que ça, néanmoins ce type d’incident est très largement étudié, et on en parle beaucoup au sein de la communauté des dentistes. Mais est-ce vraiment si grave que cela, de casser un instrument ? Une dent présentant un fragment instrumental est-elle forcément à extraire ?

5 février 2024

#95 : Faut il préférer le traitement en une ou deux séances ?

S’il y a bien un sujet qui a divisé et qui continue de le faire en endodontie, c’est bien celui du nombre de séances recommandées pour réaliser un traitement canalaire. Faut-il utiliser une médication intra canalaire et différer l’obturation ? Est ce que le pronostic est vraiment amélioré si l’on fait le traitement en deux temps ?

2 février 2024

#94 - La réciprocité dans tous les sens

#94 – La réciprocité dans tous les sens

La réciprocité, je suis sûr que vous en avez entendu parler. Présentée comme la solution pour diminuer le risque de fracture. On a tendance à associer la réciprocité à une certaine gamme d’instruments. Saviez-vous que l’on peut utiliser la réciprocité avec tous les instruments ?
Découvrez nos formations
Participez à notre webinaire avec le Dr Stéphane Simon pour découvrir notre catalogue de formations et nos formats pédagogiques
📅 WEBINAIRE 23 avril, 19h30
Participez à notre webinaire de présentation avec le Dr Stéphane Simon
📅 WEBINAIRE 18 mars, 19h30
Découvrez nos formations