#32 – Expérience, Expertise et formation en endodontie, de quoi s’agit-il ?

Nous sommes tous conscients que le seul fait d’avoir le permis de conduire ne fait pas de nous des pilotes chevronnés. C’est le fait d’accumuler les kilomètres au volant d’une voiture qui fait que l’on acquiert des réflexes, mais également de mauvaises habitudes. Conduite à une main, le pied sur l’embrayage etc.
Et pourtant, il nous reste l’impression que sous prétexte que l’on a conduit 50, 100 ou 200 000km, on est devenu un expert de la route.
Jusqu’au jour…

La compétence en endodontie

Cette image est tout à fait transposable à l’exercice clinique d’un chirurgien dentiste (et à d’autres professions d’ailleurs)

Après notre formation initiale et un stage en cabinet, il n’est pas rare que l’on puisse avoir le sentiment de maîtriser une technique. L’endodontie, la prothèse fixée, les restaurations collées, etc. Mais est-ce le cas ?

Regardons le diagramme publié par David Dunning et Justin Kruger en 1999. Le fameux effet « Dunning Krugger » est également appelé effet de surconfiance. Il n’est pas question ici d’une considération au premier degré d’accabler qui que ce soit de « sur-confiance en soi », mais il permet d’expliquer pourquoi la formation est importante dans nos domaines médicaux.

En résumé de leurs travaux, les auteurs se sont intéressés à diverses compétences (conduite, jeu d’échec, sport, etc) et concluent avec une citation de Darwin qui disait « l’ignorance engendre plus fréquemment la confiance en soi que ne le fait la connaissance »

Ignorance ici ne soit pas être pris au premier degré. Le fait ne pas savoir et donc d’ignorer, peut engendrer de la confiance. Car finalement, ne pas être conscient du risque d’échec ou d’accident, nous affranchit de l’appréhension et nous remplit de confiance.

La fameuse chance du débutant ! Quel enfant n’a jamais dit « trop fastoche ! »

L’expérience et l’expertise en endodontie

Et puis, dans un cabinet dentaire, les situations cliniques s’accumulent. Les traitements s’enchainent. Et par cette succession d’actes thérapeutiques, on a l’impression de gagner en expertise. Devient-on donc un expert en refaisant toujours la même chose ?
Devient-on champion du monde de slalom en descendant 10 fois par jour la même piste rouge ?

Ce diagramme de Dunning et Kruger a le mérite de donner une explication à la frustration que l’on peut ressentir lorsqu’à après une formation, nous avons l’impression que rien ne marche.

La formation au service de l’expérience en endodontie

Une formation s’accompagne en général d’un engouement spécifique. L’impression de enfin pouvoir maitriser un sujet. Et puis, s’en suit une forme de descente aux enfers de la déception. Rien ne marche. Ce n’est pas si simple au final. Pourtant toujours avec l’impression de faire exactement comme on l’a appris récemment.

Et c’est grâce à la persévérance et à la formation continue, que l’on remonte cette longue pente ascendante vers le retour au succès. Vers la fameuse expertise.
C’est en cela que la formation permanente et continue intervient et nous fait progresser. Pas nécessairement pour découvrir de nouvelles techniques, matériaux ou instruments. Mais également pour revenir aux fondamentaux. Les revisiter. Les revoir avec un œil neuf.
Notre expérience acquise nous permet de mieux appréhender un facteur qui nous semblait secondaire jusque-là.
La conicité d’un instrument par exemple… on sait la mesurer ! mais au final, ça sert à quoi ?
Ca, c’est la première réflexion que l’on peut avoir.
Et puis après plusieurs mois d’expériences, on trouve l’intérêt de revenir à l’explication de son calcul. Cela nous aide à choisir un système ou un instrument.
Comprendre est souvent plus facile lorsque l’on a de l’expérience. Car en y revenant, on sait ce que l’on vient chercher.
On comprend aussi très vite que l’on ne se forme pas en lisant une brochure d’un industriel. Ou un simple article clinique. Ces supports sont là pour éveiller notre curiosité et devraient nous conduire vers une formation adéquate.

L’acquisition de connaissances

Alors se former d’accord… Mais comment ?
Pour tenter de répondre à cette question, reprenons les conclusions de quatre auteurs du Center for Creative Leadea$rship qui ont proposé la règle des 70 / 20 / 10.

Cette règle décrit la façon avec laquelle les professionnels ont l’habitude de se former.

L’acquisition de connaissances se fait :
– A 10% par la formation traditionnelle, que l’on appelle « descendante », c’est à dire d’un enseignant vers les étudiants, ou d’un conférencier vers les congressistes. 10% seulement !!
– A 20% par les interactions sociales. Les échanges entre confrères. On a d’ailleurs l’habitude de dire dans un congrès scientifique que l’on apprend plus dans les couloirs que dans les salles.
– Et 70% par l’expérience. Alors me direz vous cela est contradictoire avec le diagramme de Dunning et Kruger. En fait pas du tout, car l’expérience regroupe bien évidemment notre expérience personnelle, mais également toute la formation continue. L’acquisition de connaissance nous nourrit, nous fait bouger. Il n’y a rien de pire que l’immobilisme. Il a d’ailleurs été démontré que expert répétant les mêmes choses régulièrement était beaucoup moins performant après 30 ans de carrière qu’à ses débuts.

Si dans certaines professions la requalification est obligatoire (en aviation par exemple) c’est que les responsables sont conscients des dangers de l’immobilisme et de l’importance de la formation continue et surtout de la remise en question.

Endo-Académie propose une formation différente en endodontie

Alors comme la formation descendante ne nourrit que de 10% les apprenants, c’est à la formation de s’adapter, de devenir différente, de venir combler un défaut, des manquements.
Le E learning, est une façon d’appréhender les choses à condition qu’elle ne retombe pas dans les mêmes travers, à savoir une simple formation descendante.
Le numérique apporte de nouveaux outils qui permettent d’enseigner différemment, mais n’est pas une solution à elle seule.

Et c’est en cela que Endo-Acadmie peut se targuer d’être différente de tout le reste, au moins pour la formation en endodontie.

A très bientôt.

#Les Réponses d’Experts

Lire la vidéo
DÉCOUVREZ NOS FORMATIONS >>

Nos formations en endodontie e-learning sont 100% prises en charge par le DPC

ENDO-ACADÉMIE

Nos autres réponses d’expert

2 avril 2024

Réponse d'expert 96 : La fracture instrumentale est-elle une catastrophe ?

#96 : La fracture instrumentale est-elle une catastrophe ?

Le bris instrumental est l’un des événements le plus redouté et le plus stressant pour un dentiste au cours d’un traitement endodontique. Il n’arrive pas si souvent que ça, néanmoins ce type d’incident est très largement étudié, et on en parle beaucoup au sein de la communauté des dentistes. Mais est-ce vraiment si grave que cela, de casser un instrument ? Une dent présentant un fragment instrumental est-elle forcément à extraire ?

5 février 2024

#95 : Faut il préférer le traitement en une ou deux séances ?

S’il y a bien un sujet qui a divisé et qui continue de le faire en endodontie, c’est bien celui du nombre de séances recommandées pour réaliser un traitement canalaire. Faut-il utiliser une médication intra canalaire et différer l’obturation ? Est ce que le pronostic est vraiment amélioré si l’on fait le traitement en deux temps ?

2 février 2024

#94 - La réciprocité dans tous les sens

#94 – La réciprocité dans tous les sens

La réciprocité, je suis sûr que vous en avez entendu parler. Présentée comme la solution pour diminuer le risque de fracture. On a tendance à associer la réciprocité à une certaine gamme d’instruments. Saviez-vous que l’on peut utiliser la réciprocité avec tous les instruments ?
Découvrez nos formations
Participez à notre webinaire avec le Dr Stéphane Simon pour découvrir notre catalogue de formations et nos formats pédagogiques
📅 WEBINAIRE 23 avril, 19h30
Participez à notre webinaire de présentation avec le Dr Stéphane Simon
📅 WEBINAIRE 18 mars, 19h30
Découvrez nos formations