#93 – Vous êtes plutôt Gold, Blue, Pink ou Green pour vos instruments d’endodontie ?

Depuis 5 ou 6 ans maintenant, sont apparus des « nouveaux alliages » pour les instruments d’endodontie. Vous les connaissez probablement sous le nom de leurs couleurs, mais savez vous réellement ce qui se cache derrière ces fameuses modifications tinctoriales ? A-t-on raison de parler réellement de « nouveaux alliages » ? Pour cette nouvelle réponse d’expert d’Endo Académie, je vous propose de revenir sur cette question, avec des réponses qui devraient vous apporter de bonnes solutions pour choisir vos instruments.

La désinfection, l’enjeu majeur en endodontie

Un des plus grands tournants de l’instrumentation endodontique est sans conteste l’apparition dans les années 90 du nickel Titane pour leur fabrication.

Lors de la mise sur le marché en 1996 des trois premiers systèmes, le Profile, Le Hero 6 4 2 et le Quantec, peu de praticiens croyaient en cette « révolution ».

Alors que les conférenciers se battaient sur la notion de forme, de section et autres composantes techniques, on en avait presque oublié que le plus important là-dedans c’était l’apparition du Nickel Titane. Nous pensions d’ailleurs que les choses allaient s’arrêter là, sidérés que nous étions par la souplesse du produit comparée à celle de l’acier que nous utilisions jusque-là.

Après presque deux décennies de développement de nouveaux instruments, c’est à la fin des années 2000 qu’une seconde révolution va intervenir.

La seule évolution qui avait été faite sur l’alliage était l’apparition du M Wire qui semblait présenter de meilleures propriétés mécaniques de souplesse et de résistance à la fracture.

L’apparition des Traitements thermiques du Nickel Titane.

Puis sont apparus les fameux traitements thermiques.

On parle souvent de nouveaux alliages. En fait, il s’agit d’un abus de langage. L’alliage lui-même est toujours le même. Comme tout alliage, il s’agit d’une association de cristaux métalliques. On pourrait croire que seule la modification de la composition de cet alliage peut jouer sur ses propriétés mécaniques.

Et pourtant…

Cela me replonge en 1996, lorsque Michael Saadoun à Paris 5 nous faisait les cours de diagramme de Phase des alliages. A cette époque, je ne savais pas que les mots Martensite et Austénite feraient partie de mon vocabulaire professionnel 20 ans plus tard. À l’époque, je ne voyais pas l’intérêt de m’intéresser au sujet, pensant que seuls les prothésistes voir les implantologistes étaient concernés par la chose.

Ce que j’ai compris, notamment en écoutant le Professeur Laurence Jordan, c’est que au-delà de la forme et de la section de l’instrument, la souplesse voire la résistance des instruments étaient liés d’une part à l’alliage, et d’autre part à l’organisation cristallographie intrinsèque de cet alliage.

Et c’est là que les traitements thermiques vont intervenir…

En appliquant des traitements par variation de température par paliers et pour certains en modifiant la pression au moment de la cuisson, les alliages subissent des modifications ultra-structurales qui ont pour objectif de créer une réorganisation des cristaux entre eux. On dit que l’on passe d’une phase martensitique à une phase austénitique.

L’application de ces traitements thermiques a une seconde conséquence, plus visible, la modification de la couleur de l’alliage. C’est ainsi que nous obtenons des alliages dorés, appelés Gold, bleus, ou rose. On peut même avoir, de façon plus confidentielle, des alliages « verts ».

La troisième conséquence de ces traitements, est la modification de la plasticité de ces alliages. C’est pour cela qu’ils deviennent déformables à froid, sans conséquence sur leur résistance mécanique.

Alors c’est bien tout cela, mais comment choisir entre le Gold, le Blue ou le Pink.

Il y a deux choses à savoir. La première, c’est que tous ces alliages n’ont pas la même souplesse. En ordre décroissant, on a donc :

  • Le Nickel Titane Classique, ou M Wire
  • Le Gold
  • Le Pink
  • Et le Blue.

Pour être franc, je ne sais pas où se situe le Green.

On aurait tendance à se demander pourquoi ne pas utiliser que le Blue. Tout simplement parce que les traitements thermiques ont une quatrième conséquence. L’amélioration de la souplesse s’accompagne d’une diminution de l’efficacité de coupe. C’est-à-dire que plus un instrument est souple, moins il est coupant.

Sacré dilemme à résoudre !

Associer les alliages pour optimiser l’efficacité des instruments.

Pour pallier cette difficulté de choix, on commence à voir des systèmes de mise en forme qui associent plusieurs « alliages » dans leur séquence. Le premier à l’avoir proposé est la société Zarc avec le système Blue Shaper. Considérant que pour la première phase de la mise en forme, il faut privilégier l’efficacité à la souplesse, le Z1, premier instrument de la séquence est en alliage « Pink ». Plus efficace mais un peu moins souple que les suivants de la séquence qui sont en Blue. La souplesse est à ce stade améliorée par le design de la lime, qui, ne l’oublions pas, participe également à la souplesse de l’instrument. Les trois autres instruments, considérant que le plus « dur » est fait, vont privilégier la souplesse à l’efficacité. Pour les canaux très fins, ils proposent le système Slim Shaper. Système avec trois instruments, dédiés à la mise en forme des canaux très fins. Le système est composé de trois instruments. Le ZS1 qui est en alliage Gold – on privilégie à ce stade l’efficacité à la souplesse. Le canal étant tellement fin, que le principal à ce stade est de « l’élargir ». Puis le second est en Pink et le troisième, le finisseur est en Blue. On comprend très bien la logique derrière les concepteurs de ce système. Une des limites de ces traitements thermiques, notamment les Bleus et Pink, c’est la baisse d’efficacité de coupe de ces instruments. Alors comment faire pour associer souplesse et efficacité ?

Les instruments à deux alliages

L’idée innovante proposée par Zarc est donc d’avoir deux traitements thermiques mais sur un seul instrument. C’est ce qu’ils ont appliqué sur la seconde version des Blue Shapers appelé Blue Shaper PRO. Pour pallier la petite baisse d’efficacité des Pinks et Blues pour la progression du canal, ils proposent d’améliorer cette efficacité au niveau de la pointe, qui est en fait la partie la plus active dans la progression d’un instrument, en la transformant en Gold sur 3 mm. Même chose sur les autres instruments de la séquence. Ainsi, tous les instruments de la séquence BlueShaper PRO présentent une extrémité de 3 mm en “Gold” suivi du reste du corps de l’instrument en Pink ou en Blue. Il semblerait qu’avec cette association, les Blue Shaper Pro regroupent tous les avantages en palliant les inconvénients.

Conclusion

Voilà, vous en savez un peu plus sur les traitements thermiques des alliages, leurs avantages, leurs limites, etc. En apportant les « doubles alliages » sur un même instrument, les sociétés et notamment ZARC innove dans le processus. La seule erreur qu’ils commettent, qui est purement de la communication, c’est de considérer qu’il y a deux alliages. En fait, l’alliage est le même. Seul l’arrangement cristallographique au niveau ultra structural change, et c’est cela qui fait la différence. Le sujet mériterait d’être approfondi, mais l’essentiel est bien là.

#Les Réponses d’Experts

Lire la vidéo
DÉCOUVREZ NOS FORMATIONS >>

Nos formations en endodontie e-learning sont 100% prises en charge par le DPC

ENDO-ACADÉMIE

Nos autres réponses d’expert

4 juin 2024

Réponse d'expert 98

#98 : Faut-il prémédiquer nos patients pour améliorer nos anesthésies ?

Est-ce que vous aussi, vous avez des échecs avec vos tronculaires ? Ces échecs sont ils uniquement liés à des erreurs techniques d’injection ? N’y-a-t-il pas d’autres facteurs qui limitent l’efficacité d’une injection à l’épine de Spix ? Malgré tout, cette injection reste la technique de choix pour réaliser les traitements sur les molaires et prémolaire mandibulaires, notamment grâce à sa durée d’installation Qu’en est il de le prémédication médicamenteuse avant le soin pour optimiser l’efficacité de la technique ?

7 mai 2024

Réponse d'expert 97

#97 : 4 astuces pour mieux utiliser un localisateur d’apex

Vous utilisez un localisateur d’apex, et vous avez l’impression que parfois il n’est pas fiable ? Votre localisateur vous donne parfois des mesures qui vous semblent bizarres, et vous ne comprenez pas pourquoi ? Vous commencez à douter de votre appareil et regrettez de ne pas avoir acheté la Rolls des localisateurs, pensant qu’il est plus performant ? Sachez qu’avec quatre règles simples vous allez optimiser vos résultats et que finalement, votre appareil va très bien !

2 avril 2024

Réponse d'expert 96 : La fracture instrumentale est-elle une catastrophe ?

#96 : La fracture instrumentale est-elle une catastrophe ?

Le bris instrumental est l’un des événements le plus redouté et le plus stressant pour un dentiste au cours d’un traitement endodontique. Il n’arrive pas si souvent que ça, néanmoins ce type d’incident est très largement étudié, et on en parle beaucoup au sein de la communauté des dentistes. Mais est-ce vraiment si grave que cela, de casser un instrument ? Une dent présentant un fragment instrumental est-elle forcément à extraire ?
Découvrez nos formations
Participez à notre webinaire avec le Dr Stéphane Simon pour découvrir notre catalogue de formations et nos formats pédagogiques
📅 WEBINAIRE 30 mai, 13h
Participez à notre webinaire de présentation avec le Dr Stéphane Simon
📅 WEBINAIRE 18 mars, 19h30
Découvrez nos formations