Le microscope en omnipratique a-t-il un sens ?

Le microscope dentaire : Un confort de travail

Souvent comparé aux loupes binoculaires, le confort de travail avec un microscope est bien plus grand. Les loupes étant fixées sur la tête du praticien, l’accommodation se fait par un mouvement de la tête et par le cristallin Le microscope quant à lui est fixe par rapport à l’objet (distance focale) et l’œil n’accommode donc plus en permanence. C’est un peu comme si l’on regardait dans des jumelles.

Une bonne organisation du plateau technique et du microscope optimise les positions de travail et limite à terme les lombalgies et autre douleurs du corps liées à des mauvaises postures.

Intérêt en omnipratique du microscope

L’intérêt est de travailler en lumière constante avec un grossissement que l’on peut faire varier. Alors que les loupes grossissent x2,5 ou x3,5 pour rester confortable, le microscope permet de grossir jusqu’à 25 fois avec des paliers adaptés à chaque discipline. En parodontologie on utilisera un grossissement assez faible (x2,5 ou x5), et on préférera des grossissements un peu supérieurs pour la restauratrice. Quel plaisir de voir ses cavités et de pouvoir faire une reconstitution en voyant ce que l’on fait ! Le microscope opératoire trouve aussi tout son intérêt pour vérifier la taille d’une dent ou aller chercher un apex fracturé pendant une extraction.

Combien coûte un microscope pour un chirurgien-dentiste ?

C’est comme les voitures. Il y en a à tous les prix. De 15 000 à 80 000 €. Depuis quelques années l’offre s’est bien développée en France. Certaines options sont indispensables tandis que d’autres seront choisies pour se faire plaisir. Le matériel est évolutif pour la plupart des fabricants, ce qui permet de faire un investissement progressif. Pour s’équiper avec un matériel de bonne qualité incluant une caméra, il y a des solutions à 23-25000 € tout à fait convenables.

Et on apprend à l’utiliser comment ?

Lors des formations en endodontie, des microscopes sont mis à disposition. C’est un premier test. Est-ce pour autant une formation à l’utilisation ? Nous n’en sommes pas convaincus.

C’est pour cela que Endo Academie et Omni Academie s’associent pour mettre en place une formation à l’utilisation du microscope dans un exercice d’omnipratique. Le niveau 1 associant E learning et formation en présentiel, sera ouvert au deuxième semestre 2019 sous la direction de Valentin Marchi et Stéphane SIMON.

! Edit ! Merci à Laurent Estrade pour son commentaire et la correction de l’erreur sur l’accommodation faite par le cristallin et non la rétine.

#Les articles de l’endo

DÉCOUVREZ NOS FORMATIONS >>

Nos formations en endodontie e-learning sont 100% prises en charge par le DPC

ENDO-ACADÉMIE

Nos autres réponses d’expert

4 juin 2024

Réponse d'expert 98

#98 : Faut-il prémédiquer nos patients pour améliorer nos anesthésies ?

Est-ce que vous aussi, vous avez des échecs avec vos tronculaires ? Ces échecs sont ils uniquement liés à des erreurs techniques d’injection ? N’y-a-t-il pas d’autres facteurs qui limitent l’efficacité d’une injection à l’épine de Spix ? Malgré tout, cette injection reste la technique de choix pour réaliser les traitements sur les molaires et prémolaire mandibulaires, notamment grâce à sa durée d’installation Qu’en est il de le prémédication médicamenteuse avant le soin pour optimiser l’efficacité de la technique ?

7 mai 2024

Réponse d'expert 97

#97 : 4 astuces pour mieux utiliser un localisateur d’apex

Vous utilisez un localisateur d’apex, et vous avez l’impression que parfois il n’est pas fiable ? Votre localisateur vous donne parfois des mesures qui vous semblent bizarres, et vous ne comprenez pas pourquoi ? Vous commencez à douter de votre appareil et regrettez de ne pas avoir acheté la Rolls des localisateurs, pensant qu’il est plus performant ? Sachez qu’avec quatre règles simples vous allez optimiser vos résultats et que finalement, votre appareil va très bien !

2 avril 2024

Réponse d'expert 96 : La fracture instrumentale est-elle une catastrophe ?

#96 : La fracture instrumentale est-elle une catastrophe ?

Le bris instrumental est l’un des événements le plus redouté et le plus stressant pour un dentiste au cours d’un traitement endodontique. Il n’arrive pas si souvent que ça, néanmoins ce type d’incident est très largement étudié, et on en parle beaucoup au sein de la communauté des dentistes. Mais est-ce vraiment si grave que cela, de casser un instrument ? Une dent présentant un fragment instrumental est-elle forcément à extraire ?